Bone Season (T1) : Saison d'Os de Samantha Shannon

jeudi, septembre 25, 2014 1 Comments A + a -

Saison d'Os est à la fois le premier roman de la saga Bone Season mais aussi le tout premier roman d'une jeune auteure Samantha Shannon. Ce livre est paru en Juin aux éditions J'ai Lu en collection Science-fiction. Ce livre est déjà traduit dans 20 langues et une idée d'adaptation cinématographique est en train de voir le jour *fingercrossed*



Quatrième de couverture : J’aime à croire que nous étions initialement plus nombreux. Pas des milliards, mais plus qu’aujourd’hui. Nous sommes la minorité que l’humanité refuse d’accepter. Nous ressemblons à tout le monde. Parfois, nous nous comportons comme tout le monde. Nous sommes partout, dans chaque rue. Nous vivons d’une façon que vous pourriez juger normale, à condition de ne pas y regarder de trop près. Nous ne savons pas tous ce que nous sommes. Certains d’entre nous meurent sans jamais l’apprendre. D’autres le découvrent, et ne se font jamais attraper. Mais nous sommes là. Croyez-moi… » Londres, 2059. Paige Mahoney travaille pour une organisation criminelle souterraine. Son job : glaner des informations en s’insinuant dans le cerveau des gens – illégalement. Car Paige est une clairvoyante, « une anormale », et elle n’est pas la seule. Mais selon les règles de Scion, son existence même est déjà une trahison… 



Samantha Shannon

Samantha Shannon a grandi à Ruisseauville, ouest de Londres. 
Elle est diplômée de littérature anglaise de l'Université d'Oxford en 2013.
Elle a d'abord commencé à écrire à l'âge de quinze ans, quand elle écrit son premier roman, Aurora, qui reste inédit. 
Bone Season (2013) a été traduit dans une vingtaine de langues. (source : Babelio)




La mission : Un livre encore bien au frais dans ma mémoire car je ne l'ai fini pas plus tard qu'hier soir et que, vraiment, ce livre est vraiment très prenant. Ne vous arrêtez pas à sa description de science-fiction, car il n'a de science-fiction que le nom, et le récit passe aussi bien qu'une lettre à la poste. Dans un premier temps je tiens à préciser que le roman ne s'adresse pas vraiment aux jeunes adolescents, car il y a des moments assez crus, je ne parle pas de sexe, mais plutôt de mort, Samantha Shannon ne se gêne pas à nous décrire des scènes où l'on tue des enfants ou ce genre de choses, assez cruelles. Mais le livre ne s'arrête pas à cela, on imagine un monde bien vaste et complexe, que l'on prend "plaisir" à découvrir, plaisir tout relatif puisque notre pauvre Paige vit dans un monde où les anormaux comme elles sont traqués, emmenés à la Tour, puis tués. Elle qui travaille pour la pègre de Scion Londres et obéit à un Seigneur-mime craint les gardiens de Scion et les scientifiques de SciSORS, dont son père fait parti, et qui invente des dispositifs de plus en plus pointus pour débusquer les dotés. Alors qu'elle revient d'une mission en I-4, là où se cache son clan de la pègre, mené par Jax, elle est surprise par deux gardes qu'elle envoie au tapis mais elle est vite rattraper par des types étranges en rouge. Elle saute du haut d'un toit, et sombre. Plus tard quand elle se réveille, elle est drôlement vêtue, et elle ne sait pas où elle est. Ce lieu c'est Sheol I.


Paige est incroyable, elle a le pouvoir de manier l'éther, cette substance étrange entre la vie et la mort, alors que d'autre ne font que subir ses "attaques", Paige a le pouvoir de la manier et de sortir de son corps quand elle veut pour entrer dans l'esprit/l'âme des autres. Ce pouvoir rare chez les "médiums" lui vaut l'attention de la reine de Sheol I, Nashira. Celle-ci veut "absorber" son aura. C'est une Réphaïte, un être fait d'éther, comme tout les dirigeants de ce huis-clos, chacun des humains dotés se voient choisis par un  mentor, contre toute attente, Paige attire l'attention du consort, le fiancé de Nashira, le Gouverneur, Arcturus. Celui-ci n'a plus jamais pris d'humain depuis la saison d'os XVIII, nous en sommes à la saison XX. Paige va devenir une arme humaine pour Réphaïte, il est hors de question qu'elle devienne une veste rouge, ces humains reconvertis à la cause Réphaïte, de"bons petits toutous" comme on les surnomme. Elle est outrée par la vue des hères, qui vivent à même le sol, ces vestes jaunes n'ayant pas réussi le test final et qui se retrouve comme garde-manger et artiste de foire des Reph. Elle se révolte et va se faire des amis qu'elle n'aurait jamais imaginé. C'est une histoire sur la servitude, la condition humaine et la confiance. Tout est bien travaillé dans ce texte, que ce soit les descriptions des lieux ou les personnages ; on s'embarque aisément dans le monde de Paige, on aime ces petits flashbacks qui nous en apprenne plus sur l'installation du régime Scionnien dans la belle ville de Londres et dans d'autres grandes villes de l'Europe. Je trouve tout de même quelques petites choses à redire sur le fait que parfois, j'avais l'impression que des scènes se répeter en boucle mais avec une finalité différente, comme une espèce de schéma narratif répété, je ne sais pas si c'était quelque chose de voulu, mais vers la fin, avant le début de la débâcle, je me suis un peu essoufflée et j'étais bien contente de voir la fin de ce petit cycle. Même si pour autant, je ne peux pas dire que cela m'ai gâché la lecture, mais encore une ou deux fois et je pense que j'en aurais vraiment eu assez. J'ai plongé dans l'histoire de Paige avec voracité et j'en ressors assoiffée d'en savoir encore et toujours plus. Un petit roman SF léger que l'on peut mettre entre toute les mains ! 

58/80

1 commentaires :

Write commentaires
25 septembre 2014 à 21:10 delete

J'ai très envie de lire ce livre :)

Reply
avatar

Fourni par Blogger.

Qui êtes-vous ?

Ma photo

Blogueuse litté, amoureuse des livres et de fantasy. Je ne dis jamais non à un bon thé, un bouquin et un plaid bien chaud ! Future bibliothécaire territoriale, je m'intéresse beaucoup à la médiation des bibliothèques avec le public adolescent.