L'été 1642 d'Esteben Castilhac

vendredi, mars 13, 2015 0 Comments A + a -



L’Été 1642 est le premier roman d'Esteben Castilhac paru en 2014 aux éditions Mon Petit Editeur. Je remercie Mon Petit Editeur pour leur confiance mise dans notre partenariat :)



Quatrième de couverture : "Je pare à gauche, à droite, je m'enroule autour de sa lame; nous sommes face à face, nos deux visages sont si proches que je sens son souffle saccadé. Il me pousse violemment de sa main gauche, mais en appui sur mes deux jambes je reste ferme et c'est lui, déséquilibré, qui recule. Ses assauts sont trop désordonnés pour ne pas m'offrir une occasion de le piquer et, au cinquième assaut, je l'embroche profondément au coeur. Son visage s'est alors détendu, et lentement il s'est laissé choir tel un foulard de soie sur un tapis d'Aubusson."



Mon avis : Merci encore au service presse de Mon Petit Editeur pour cette découverte inattendue. 
L'histoire se déroule durant l'été 1642, comme l'indique son titre, et fait la part belle aux épéistes du 17e siècle. Dans ce roman qui fait à la fois cape et épée et policier, nous suivons le jeune Adémard débarqué depuis peu à Paris doit prendre ses marques dans la grande ville, lui qui est un gascon et habitué aux coins tranquilles et sans histoire. A paris, il a déjà fait de nombreuses connaissances, comme le Mousquetaire gascon Odon.
Alors qu'Adémar est sans un son, vit de petits boulots et dort dans une auberge grinçante, une bonne nouvelle va lui tomber sur la tête. Alors qu'il ne peut prétendre aucunement à devenir mousquetaire au service du roi, un capitaine va lui faire la proposition de sa vie : rejoindre les cadets. C'est le début d'un été fort en duels, recherches et dévouement. Surtout que le jeune garçon va débuter sa carrière dans une branche tout à fait spéciale : celles des actes délictueux de la noblesse. Proches du roi, les coupables devront être mise en accusation dans la confidentialité la plus totale. Commence pour Adémard sa première enquête.


J'ai été très emballée par ce roman policier qui nous emmène dans les couloirs secrets de la principauté de Paris ; le jeune enquêteur, venu de rien, va devoir faire ses preuves et miser sur une discrétion constante pour mener son enquête. L'auteur a fait le choix de miser sur un style d'écriture "d'époque", ici les dialogues sont pleins de politesses et de grands mots, ce qui m'a parfois un peu buté, mais une fois que j'ai réussi à me lancer vraiment dans le roman, cela fonctionnait plutôt bien.
On retrouve un peu cette ambiance à la Alexandre Dumas, mousquetaires, protection et honneur. Et cela m'a bien plu.
Maintenant il est vrai que j'ai parfois trouvé les raccourcis de l'auteur trop faciles, trop évidents, et que mon attention pour l'enquête a décru pour ne me concentrer plus que sur les interactions entre les différents personnages. J'ai bien aimé Adémard et Nicolas, mais surtout Suzanne, cette dame tenancière d'auberge dans son habit traditionnel breton à vraiment apporté une touche de fraîcheur et de bonne humeur dans ce premier roman de l'auteur. La fin du roman laisse présager une suite probable, dans une autre enquête, un peu comme les séries "Grands Détectives" où l'on suit un enquêteur sur plusieurs crimes et j'avoue que l'idée me plait assez, car j'aimerais vraiment savoir comment va évoluer le jeune Adémard dans son travail. 

En bref, un premier roman policier plutôt réussi de Esteben Castilhac bien qu'il m'ait manqué ce je-ne-sais-quoi qui m'aurait permis de vraiment plus m'accrocher à l'histoire et son enquête. En prenant des raccourcis un peu trop souvent dans son investigation, l'auteur m'a un peu perdu, et le roman aurait pu vraiment être excellent avec quelques détails en plus. Sinon c'est un roman facile à lire, agréable et qui plaira aux amateurs de romans policiers pas trop sombres et simples à comprendre.

Fourni par Blogger.

Qui êtes-vous ?

Ma photo

Blogueuse litté, amoureuse des livres et de fantasy. Je ne dis jamais non à un bon thé, un bouquin et un plaid bien chaud ! Future bibliothécaire territoriale, je m'intéresse beaucoup à la médiation des bibliothèques avec le public adolescent.