14 de Peter Clines

mardi, décembre 16, 2014 0 Comments A + a -




14 est le premier roman de Peter Clines paru aux éditions J'ai Lu, collection Nouveaux Millénaires, le 1er octobre 2014.


Quatrième de couverture
Avec ce qu'il gagne, Nate n'allait pas laisser passer l'occasion en or d'habiter l'un des plus vieux immeubles de Los Angeles pour un loyer modique. Pourtant, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ce bâtiment : portes cadenassées, branchements électriques impossibles, cafards mutants... Intrigué, et n'ayant pas grand-chose d'autre à faire de sa morne vie de trentenaire célibataire, Nate décide de mener l'enquête avec certains de ses voisins.D'anomalies en mystères, ils vont rapidement se rendre compte qu'il s'est passé des choses dans cet immeuble, des choses terribles qui n'appartiennent pas tout à fait au passé...





Mon avis : Avec ma maman, on a vraiment été intrigué par ce livre, par sa première de couverture vraiment pas banale, qui nous inspirait une espèce d'angoisse et ensuite par sa quatrième de couverture plus qu'allechante qui nous promettait de l'ésotérisme et du suspense en veux-tu en voilà dans un huis-clos haletant. 

C'est le premier vrai roman de Peter Clines, si je ne me trompe pas, il a souvent publié des nouvelles et des scripts pour le cinéma, il a décidé de se pencher à l'écriture de ce premier roman qui lui a pris pas mal d'années. Dans ce roman on suit l'histoire de Nate, un homme proche de la trentaine qui bosse dans une entreprise à un poste pas franchement enviable, alors quand son colloc décide de s'installer avec sa copine et donc, propose à Nate de se trouver un appart' à L.A, pour lui c'est quasi impossible, mais voilà, le hasard fait bien les choses et Nate tombe sur un type qui travaille dans le journalisme et lui propose de louer un super appart, tout compris, pour une modique somme. Cherchant d'abord l'entourloupe et ne trouvant rien de prime abord, il signe. Mais voilà, les voisins de Nate enquête depuis des mois voire des années sur des choses étranges qui se déroulent dans l'immeuble. Ni une ni deux et après avoir trouver des cafards mutants dans sa cuisine ainsi qu'une lumière qui déconne étrangèment, le personnage se lance dans une traque aux indices. Que cache l'immeuble et ce gardien énigmatique avec son accent allemand à scier au couteau ? Amenant petit à petit autour de lui la plupart des voisins de l'immeuble, Nate est à la tête d'un joli petit groupe à la Scooby-Doo, comme aime à nous le rappeler l'auteur. Un premier roman qui aurait pu me séduire mais qui a malheureusement peiné en longueur.

Je ressors plutôt mitigée de cette lecture, peut-être que je m'attendais à quelque chose de plus détonnant ou à plus d'ésotérisme, mais mon soufflet d'enthousiasme est vite tombé à plat une fois passée la porte du four (si je veux pousser la métaphore jusqu'au bout),j'ai été prise dans le tourbillon de l'histoire dès le prologue, mais pour moi le roman ne tient pas toute ses promesses ! A commencer par son titre : 14, 14, 14, 14 ! Oui 14, comme la porte de l'appartement n°14 de l'immeuble qui est cadenassé et dont personne ne sait vraiment ce qui s'est passé, on s'attend alors à ce que le roman tourne autour de ce mystère, mais non Samy, Scooby et ses amis, passent vite à autre chose et il ne doit y avoir que deux ou trois scènes (étranges) qui mettent en lumière cet appartement. Bizarre, selon moi, d'avoir fait ce choix de titre, après avoir lu le livre, j'en aurais choisi bien des autres mais certainement pas 14. M'enfin, ça c'est tout personnel. J'ai déploré aussi ses personnages trop en surface, bien que l'on voit souvent Nate dans sa vie privée : boulot, métro, dodo, je n'ai pas vraiment eu l'occasion de l'apprécier, de connaître "sa psyché", on se cantonne à subir sa vie et son "aventure" sans vraiment créer de réelles attaches avec lui ou le reste du groupe, bien sûr, les personnages dégagent une certaine sympathie, cela va sans dire, ils m'ont parfois fait rire aussi, ou m'ont ébloui par leur finesse (humour, humour, je précise), ils m'ont parfois bien énervé aussi, certaines situations qu'ils trouvaient inextricables avaient pour le lecteur, une sortie qui brillait en rouge avec une flèche au-dessus de leur tête ; les faisant passer pour des personnages soient aveugles ou faible d'esprit, bref, des personnages sympathiques mais pas toujours au top sur la longueur.
La longueur, tiens, parlons-en, le livre aurait été tellement mieux en 300 pages, il y a plein de passages qui sont de trop dans le livre, des dialogues, scènes, situations qui n'ajoutent/n'apportent rien à l'intrigue et qui sont vide de sens de ce fait. Et puis la fin s'étire trop, toujours plus loin, au point que, même pour le final, l'auteur a reussi à me perdre. C'est rare mais faut le faire ! 

Sinon l'histoire en elle-même était vraiment bien imaginée, c'est aussi un bel hommage à Lovecraft, quoiqu'un peu bancale par moment, mais l'interet est là, le talent n'est pas loin. Ne manquait qu'un peu de travail sur le texte et une fin un peu moins longue et j'aurais vraiment pu recommander ce livre à mes copines. Pour le coup, je ne suis pas sûre que je le ferais. 

Une petite mention aussi pour le travail éditorial, c'est super sympathique de nous proposer des premiers romans étrangers assez rapidement après la sortie US, mais là, il y a vraiment des erreurs au niveau de la traduction, le personnages tutoie puis vouvoie la même personne dans une même phrase, donnant des sentences du type : Vous es sûre de vouloir faire ta crémaillère ? (ce n'est pas tiré du livre, mais c'est un peu l'idée) et il y a aussi pas mal de coquilles dans le roman, quand je met plus de 15 euros pour un roman, j'aime assez que le travail soit fini. Ce qui est dommage car j'aime beaucoup les choix éditoriaux de cette maison d'édition ! 




Fourni par Blogger.

Qui êtes-vous ?

Ma photo

Blogueuse litté, amoureuse des livres et de fantasy. Je ne dis jamais non à un bon thé, un bouquin et un plaid bien chaud ! Future bibliothécaire territoriale, je m'intéresse beaucoup à la médiation des bibliothèques avec le public adolescent.