Comme un Conte de Graham Joyce

vendredi, mars 06, 2015 4 Comments A + a -


Comme un Conte est un roman de Graham Joyce paru aux éditions Bragelonne, dans la collection L'autre Bragelonne le 18 février 2015. 



Quatrième de couverture :

Il y a vingt ans, une adolescente nommée Tara disparaît sans laisser de trace. Son corps n'a jamais été retrouvé, et sa famille a fini par accepter son deuil. Pourtant, le soir de Noël, on frappe trois coups à la porte. Sur le seuil se tient une jeune fille qui ressemble étrangement à Tara. Et elle a l'air toujours aussi jeune... après la joie des retrouvailles, des questions se posent. Peter, qui ne croit pas aux miracles, croit encore moins à l'histoire de sa soeur, qui prétend avoir été enlevée par des fées...



Mon avis : J'attendais avec impatience la sortie de ce livre, d'ailleurs mon compte en banque n'était pas au mieux de sa forme et je me suis tout de même décidé à la prendre (oui, 3615 My Life) alors autant vous dire que j'ai fini ce que je lisais pour me plonger dans ce livre et je ne sais pas vraiment qu'en penser. Que je vous explique un peu.

Je n'avais jamais lu de Graham Joyce, j'en avais beaucoup entendu parler, j'ai vu qu'il avait gagné nombre de prix pour ses œuvres et comme depuis quelques mois je m'intéresse de très près à tout ce qui touche la littérature autour des fées je ne pouvais que l'acquérir. De plus la quatrième de couverture se voulait de semer le doute dans l'esprit du lecteur dès le résumé. Car on ne sait pas, au final, si Tara a bien été emmené/enlevé au pays des fées ou si elle a tout simplement un pétard dans le bocal. Inutile de dire que tout le monde croit qu'elle a un truc qui a pété là-haut, et Tara pourrait bien finir par le croire. 
Dans son écriture, le roman porte bien son nom, tout se déroule comme un conte. La jeune fille frappe à la porte (3 fois peut-être) de ses parents après 20 ans de silence, en plein nuit du réveillon de Noël, cela fait des années qu'il n'y a pas eu un seul flocon, mais ce soir c'est différent. En plus, Tara est sur le perron, avec un bonnet sur les oreilles et bien que deux décennies se soient écoulées, elle parait toujours avoir 16 ans....si ce n'est cette lueur dans son regard qui indique qu'elle n'est plus tout à fait la même. Tara revient, comme une fleur, reprendre sa vie, comme si elle ne l'avait quitté que quelques semaines plus tôt. Et pour elle c'est bien le cas. Alors qu'ici vingt années ont passé, pour elle, il ne s'est écoulé que six mois. Où était-elle ? Fabule-t-elle ? ou alors dit-elle la vérité ? C'est ce que l'entourage de Tara va essayer de comprendre, questionnait de toute part, comment Tara va-t-elle s'y prendre pour qu'on ne la croit pas folle ? Un récit prenant, mystique mais avec un je-ne-sais-quoi qui m'a manqué.

Ce récit est vraiment magique et prenant, c'est vrai ! Dès le début du récit je me suis prise d’intérêt pour l'histoire de cette jeune fille qui prétend avoir passé quelques temps au pays des fées...Oh mais pas les fées auxquelles vous pensez, loin de là, d'ailleurs elle nous dit même qu'il n'aime pas beaucoup qu'on les considère comme ces bêtes là. Luisants ou brillants, ailés ou élégants, les fées sont un peu des êtres comme vous et moi, avec une moralité débridée, un pouvoir constant avec les éléments de Nature et un relation parfaite avec les éléments Célestes. Comment ne pas succomber ? Quand on a 16 ans à peine et que l'on vient de se prendre la tête avec son petit ami, de prendre la main d'un type un peu étrange qui débarque en plein dans cet endroit enchanté de la forêt sur son cheval blanc ? On ne peut que rarement refuser, et ce n'est que bien trop tard que Tara se rend compte qu'elle sera prise au piège bien loin de chez elle. L'auteur nous livre un récit extraordinaire, au sens premier du terme, nous offrant une histoire qui brise les conventions habituelles. Oui, mais voilà, j'en attendais tellement plus. En tout cas j'aurais voulu en savoir tellement plus sur ce pays qui s'apparente à Faeri, on reste un peu trop "prisonnier" de notre propre monde, et le roman devient rapidement une histoire de famille plutôt qu'une histoire fantastique. Emmaillotés dans les défauts de chacun, les lecteurs n'ont plus assez d'éléments les amenant au rêve et à cette partie, fictive ou réelle, de sa vie. Dans ce gros roman qui finalement se lit assez rapidement, j'ai manqué indéniablement de féerie qui aurait créé le coup de cœur, même si je me suis laissée emporter facilement par le récit, j'avoue m'être des fois un peu ennuyée alors que Graham Joyce se perd dans les méandres du passé de ses personnages, ce qui est bien dommage. Cependant Comme un Conte reste un roman ensorcelant qui m'a permis de rêver un petit peu à ce qui pourrait être un conte de Grimm ou de Perrault à notre époque. Un roman fantastique qui me donne envie de découvrir d'autres titres de Graham Joyce.


4 commentaires

Write commentaires
6 mars 2015 à 19:36 delete

Ta chronique donne envie de le lire :)

Reply
avatar
6 mars 2015 à 20:05 delete

Oh génial ça me rassure ! J'avais peur que l'idée "allez-y foncez" ne passe pas bien !

Reply
avatar
6 septembre 2015 à 12:51 delete

J'aimerais beaucoup le découvrir ^^

Reply
avatar

Fourni par Blogger.

Qui êtes-vous ?

Ma photo

Blogueuse litté, amoureuse des livres et de fantasy. Je ne dis jamais non à un bon thé, un bouquin et un plaid bien chaud ! Future bibliothécaire territoriale, je m'intéresse beaucoup à la médiation des bibliothèques avec le public adolescent.