Inferno de Dan Brown

dimanche, juin 23, 2013 0 Comments A + a -

Inferno est le dernier roman de Dan Brown paru en Mai 2013 aux éditions J.C Lattès. Dans ce roman ce sont les œuvres de Dante et plus précisément l'Enfer de Dante qui sont mises en avant.



Quatirème de couverture : 


Le professeur de symbologie à Harvard, Robert Langdon, se réveille en pleine nuit, dans un hôpital de Florence, sans comprendre ce qu'il lui arrive. Il a perdu en partie la mémoire et s'imagine être dans le Massachusetts. Langdon, blessé à la tête par une balle qui lui a frôlé le crâne, est soigné par le docteur italien Enrico Marconi et par sa collègue américaine Sienna Brooks. À moitié endormi par les sédatifs, le professeur a des visions qui semblent sorties des descriptions faites de l'Enfer dans le livre de Dante. Puis c'est le drame. Une femme à la carrure d'athlète, à peine descendue de sa moto, s'introduit dans la chambre du patient, pistolet au poing. Elle abat le docteur Marconi alors que le docteur Brooks parvient à s'enfuir avec Langdon. Pas de doute, quelqu'un veut tuer le professeur d'histoire de l'art. Commence alors une longue quête de la vérité pour Robert et Sienna. Une quête marquée par la découverte, dans une poche de la veste du professeur, d'un mystérieux cylindre métallique sur lequel est gravé le symbole du danger biologique. Comme s'il renfermait un poison, ou bien un virus. Cet objet, Langdon n'en a aucun souvenir. Pourtant, il est le seul à pouvoir ouvrir ce tube, grâce à l'empreinte de son pouce…


La mission : A peine acheté par maman et je le commence déjà, j'en avais vraiment envie et si je peux encore une fois me taper sur les doigts pour ne pas avoir respecté mon programme, je peux aussi m'encenser de l'avoir fini si rapidement pour le sacré pavé que c'est. Même si mon rythme de lecture n'y est pour pas grand chose comparé à l'intrigue superbement tenue du roman.

Le professeur Langdon se réveille donc un lit d’hôpital à Florence auprès de deux docteurs dont Sienna Brooks, qui lui apprend qu'ayant reçu un choc violent il est dans une phase d'amnésie. Langdon se demande ce qu'il fait à Florence, lui qui a pour dernière image celle de lui-même au sortir du campus d'Harvard. Une mystérieuse femme débarque dans l’hôpital et tente à tout prix d'atteindre Langdon tuant même au passage le docteur Marconi, le mentor de Sienna. Celle-ci aide Robert à prendre la fuite et elle aussi prise pour cible. C'est alors une traque sans cesse dans les pas de Dante. Que nous cache cette virée pour l'Enfer ? Et si l'avenir de notre terre était en jeu ? Langdon se doit de trouver les réponses aux nombreuses énigmes avant la fin du timing imparti, sinon il sera peut-être trop tard...

L'intrigue fait très film d'action, et le style d'écriture et la découpe des chapitres rendent vraiment le livre comme un "page-turner" infernal, car en effet chaque fois que Dan Brown change de protagoniste c'est pour nous couper dans une action pleine. J'ai vu ce choix décrié dans la presse comme étant un mal, on traite son roman de "film" et on ne le juge pas fichu d'écrire un "vrai" livre, c'est vrai que sa plume n'est pas aussi fabuleuse que d'autres mais ce type à vendu 60 millions d'exemplaires de Da Vinci Code, alors il faudrait certainement prendre cela en compte et écouter un peu plus les lecteurs que votre propre ego disproportionné de journaliste de torchon obligé de décrier un succès afin d'inciter le buzz. Je ne suis vraiment pas d'accord avec ce genre de procédé que je trouve injuste et qui ne donne vraiment pas envie aux personnes "lambda" de se lancer dans la lecture de ce roman ou d'un autre. Alors oui, l'écriture peut parfois paraître un peu "tirée par les cheveux" et la résolution des énigmes suscitent des fois l'envie de dire à Dan Brown " T'as pas mieux ?" mais j'ai tout de même dévoré ces 600 pages de roman avec rien de moins que des questions sur la façon que nous avons de vivre.
Le roman présente un élément nouveau : celui d'une réelle envie de faire se poser les bonnes questions, il soulève de vrais problèmes auxquels personne ne veut répondre et j'avoue qu'à la sortie de ce roman j'ai vraiment un peu peur de ce que nous allons devenir dans quelque décennies. Ça devient une habitude, je n'arrête pas de tomber sur des livres qui me perturbent et changent ma façon de penser. Et si l’énigme de Dante est un peu moins intéressante que ces autres romans je pense qu'on peut du moins lui tirer notre chapeau pour oser mettre CE sujet sur le tapis car c'est un sujet à réellement prendre avec des pincettes.
Les personnages font très films d'espionnages et ne sont pas s'en rappeler certains des James Bond et j'ai trouvé ça de bon gout, car ça change et ça bouge et moi quand ça bouge j'aime beaucoup ça. Les décors et les œuvres sont toujours décrites avec brio, j'en ai encore appris des tonnes surtout sur l'existence des masques mortuaires, je compte bien aller voir celui de Shakespeare car grâce à Dan Brown je sais qu'il existe.

Pour résumer je vous conseillerai d'éviter les conseils des "grands" journalistes de journaux aimant le buzz et la critique acerbe et non fondée et je vous invite à lire ce roman de Dan Brown déjà best-seller et qui, bien qu'il ne soit pas un Tolstoï ou un Balzac, vous plaira sans aucun doute et vous fera voir certaines choses avec un œil nouveau ! :)

Fourni par Blogger.

Qui êtes-vous ?

Ma photo

Blogueuse litté, amoureuse des livres et de fantasy. Je ne dis jamais non à un bon thé, un bouquin et un plaid bien chaud ! Future bibliothécaire territoriale, je m'intéresse beaucoup à la médiation des bibliothèques avec le public adolescent.