Le Cercle des Sorcières - Alliance Nocturne (T1) de Diana P.Francis

samedi, juillet 20, 2013 0 Comments A + a -


J'ai lu ce livre dans le cadre du challenge : Les monstrueux de la Pal. Ce livre est le premier de la saga Le Cercle des Sorcières. Il fait 386 pages. Le tome 2 est paru en avril dernier aux éditions Eclipse.




Quatrième de couverture : Autrefois, Max rêvait d’une carrière, d’un foyer, d’une famille aimante. Maintenant, tout ce qu’elle veut, c’est la liberté… et la vengeance. Une sorcière nommée Giselle a changé Max en guerrière d’une force, d’une rapidité et d’une endurance extraordinaires. Prisonnière de sortilèges, Max n’a d’autre choix que de se battre, d’être l’arme magique personnelle de Giselle, une Lame d’Ombre ; et elle est mortellement douée pour ça. Mais ses dons sont sur le pointd’être testés comme ils ne l’ont encore jamais été… Max va devoir choisir entre la vie dont elle rêve encore et la guerrière qu’elle est devenue, et prendre sa place du côté du Bien, si elle survit assez longtemps pour savoir de quel côté il s’agit…



La Gardienne des Anges : Diana Pharaoh Francis est l’auteur de six romans de Fantasy et de nombreuses nouvelles. Professeur au Département d’Anglais de l’Université de Montana Western, elle adore le chocolat, l’ère victorienne et tout ce qui brille. Elle travaille actuellement à la suite de Bitter Night.



La mission : Je sors tout juste de ma lecture de ce roman classé "bit-lit" qui ressemble plus à un dérivé de l'Urban fantasy. Mais bon. J'en ressors à la fois heureuse et en colère, comblée et revêche. Bah oui c'est vrai que ce livre est bourré de petits défauts qui font aussi son charme. Dans la cadre de mon challenge "Les Monstrueux de la PAL" je reviens sur ma toute fraîche lecture de ce premier tome de la saga Le Cercle des Sorcières.

L'histoire se déroule autour du personnage de Max, une "jeune" Lame d'Ombre. Heum, que je vous explique un peu : Les puissantes sorcières vivent avec des clans, un clan se compose de plusieurs sorcières dont la sorcière régente (pour Max il s'agit de Giselle) accompagnées de leur famille et de personnages protégeant la sorcière régente. Ces gardiens se recoupent en deux clans : Les Lames d'Ombres qui ne peuvent survivre que la nuit sous peine de frire au soleil et les Lances Solaires, à l'inverse eux ne peuvent vivre que le jour sous peine d'être comme empoissonnés par les rayons de la Lune. Ces gardiens ne vivent que pour garder en vie leur sorcière. Il vive pour elle et meurt pour elle. Ils ne sont ni invincibles, ni immortels bien qu'ils soient plus compliqués à combattre. Les liens magiques les liant à leur maîtresse leur donnant des capacités comme la guérison expresse ou encore pour les plus vieux la télékinésie. Voilà en gros pour l'organisation.
Donc Max, au service de Giselle, ne vit que dans l'espoir de pouvoir un jour tuer celle-ci afin de se libérer de ses liens, mais la partie devient difficile quand celle-ci lui apprend qu'une guerre se prépare et qu'Horngate (leur sanctuaire) pourrait en souffrir, et donc toute ses Lames. Max se découvre au fur et à mesure un cœur qu'elle ne soupçonnait pas. Car en réalité cette blonde qui à la cinquantaine mais qui n'en parait que vingt est une petite trublionne qui aime à jouer avec son lien, elle arrive à le repousser au fond de soi mais surtout à détourner la façon de s'en servir afin de finalement faire ce qu'elle souhaiter en se disant "c'est pour le bien de Giselle". Cette guerrière va encore une fois jouer avec le feu en s'approchant de Julian, une ville, où il se passe des choses bizarres. En arrivant sur les lieux elle aperçoit des "bonnets-rouges" (sorte de nains ou trolls) s'attaquant à une Ondine ( une naïade de l'hiver) qui devrait normalement passé l'été sous forme de pierre. Elle lui vient en aide (elle même ne sait pas pourquoi) et se retrouve lier à celle-ci. Dans le même temps, les Lames d'Ombres de Selange, une très ancienne sorcière française, viennent sur le lieux et le beau Alexander la surprend. Il devra l'affronter au Conclave.
Alexander c'est un peu l'inverse de Max, réfléchi, posé et sans ami réel (à part Thor), il finit par s'attacher à la guerrière du camp adversaire. Mais je ne vous en dirai pas plus. Je ne vous gâcherai pas le plaisir ;-)

Le livre met aussi en place des anges et des Gardiens. En fait c'est tout un petit peuple qui prend vie dans le livre. Mais on en apprend trop peu et de ce manque en découle une réelle envie de décrocher par moment. C'est pour ça aussi que j'ai sentiment d'insatisfait au fond de la gorge. Je n'ai pas vraiment compris les réels enjeux du livre, tout tourne un peu en rond et on piétine, piétine et piétine encore dans un espèce de cercle infernal dans lequel on ne ressort qu'aux 5 dernières pages où l'enjeux prend plus ou moins une forme réelle. Sinon, le cercle n'est vraiment centré que sur Max et son sanctuaire et sur cette histoire de confiance entre Alexander et elle. Ces 386 pages, avec une police plutôt petite recèlent par moment des passages " Pourquoi ça c'est là" ou "je ne comprends pas l’intérêt" qui aurait pu alléger le roman et le rendre tout de suite plus agréable. Une guerre se prépare, oui, mais pourquoi ? On n'en sait pas vraiment plus que : "Les humains ont été méchant, ils tuent la magie, alors on va les tuer". Oui d'accord mais encore ? Vous comprenez c'est vraiment ce manque cruel de raisons plus vraisemblables qui me met un "ti peu" en colère, parce que j'aurais presque l'impression d'avoir perdu mon temps en dehors de ça. Si en plus je ne mettais pas attachée au sens de l'humour de Max que j'adore ! J'aurais peut-être laissé tomber vraiment. 
Le manque cruel (oui cruel) de descriptions des lieux m'a un peu fait voguer dans le noir dans les différents décors, j'étais aveugle en terrain inconnu.

Pas de coup de cœur, mais pas de coup de gueule non plus. C'est un livre que j'ai aimé sans plus qui a pleins de défauts étranges qui le rend tout de même intéressant et qui promet (je l'espère) une suite plus intéressante.

Fourni par Blogger.

Qui êtes-vous ?

Ma photo

Blogueuse litté, amoureuse des livres et de fantasy. Je ne dis jamais non à un bon thé, un bouquin et un plaid bien chaud ! Future bibliothécaire territoriale, je m'intéresse beaucoup à la médiation des bibliothèques avec le public adolescent.